L’Italie réglemente le marché des casinos en ligne

L’Italie réglemente le marché des casinos en ligne

Ce n’est qu’en 2017 que l’Italie a décidé de réglementer plus strictement les jeux d’argent en ligne. De nombreux sites de casino furent complètement bloqués. Les mesures prévues étaient si strictes que le reste de l’Europe ne pouvait que s’interroger sur la procédure. À peine un an plus tard, la grande surprise est arrivé : fin mars 2018,120 sites de jeux de hasard seront officiellement agréés. Ce changement de mentalité est notamment dû au fait que le budget national italien est actuellement tout sauf en bon état.
Les exploitants de casinos ont jusqu’au 19 mars 2018 pour demander l’une des licences. Des exigences strictes doivent être respectées. Après tout, le jeu en Italie ne doit pas seulement être amusant, mais aussi sûr. La vente des seules licences de casino rapportera jusqu’à 24 millions d’euros pour le pays – à condition, bien sûr, qu’il y ait effectivement 120 demandeurs qui répondent aux exigences élevées des autorités italiennes. Afin d’assurer au moins la liquidité, une redevance de 200 000 euros par licence est estimée. Ces coûts devraient dissuader le plus efficacement possible les brebis galeuses dans le secteur.
L’Union européenne est très attentive à la question de savoir quels sont les candidats qui se voient finalement attribuer le marché. Il y a une probabilité relativement élevée que les 120 licences soient vendues dès que la procédure de demande sera terminée. Rien qu’en Allemagne, il existe actuellement une centaine de fournisseurs de paris sportifs – plus d’innombrables sociétés qui exploitent des jeux de casino. Certaines des licences proposées en Italie sont déjà fermement prévues. En effet, divers opérateurs locaux ont demandé à proposer des jeux de hasard en ligne en plus de leurs casinos. Après déduction de ces 40 opérateurs, qui espèrent actuellement un renouvellement de leur licence, qui expirera bientôt, il ne reste plus que 80 licences pour les casinos et les bookmakers en ligne dont ceux présentés ici. Le calcul que l’Italie a fait ici semble fonctionner. Bien sûr, l’espoir ne porte pas seulement sur le profit de la vente des licences, mais aussi et surtout sur les recettes fiscales, qui aideront certainement le trésor public.
L’Autriche tolère les jeux d’argent également en 2018
Pour le marché autrichien, un niveau de réglementation similaire serait souhaitable. Le fait que l’Italie n’ait commencé à repenser son approche qu’il y a quelques mois permet d’espérer qu’un certain nombre de changements interviendront dans un avenir proche. À l’heure actuelle, les casinos en ligne et les bookmakers virtuels sont simplement tolérés en Autriche. Cependant, les politiciens ont jusqu’à présent refusé de concevoir une réglementation adéquate. La tolérance est accordée uniquement parce qu’une interdiction complète des fournisseurs en ligne ne serait pas conforme au droit européen. L’UE avait déjà engagé une action en justice contre l’Allemagne. L’Autriche évite les désagréments dans la mesure où aucune interdiction n’est imposée sur les sites de casino. Les joueurs peuvent rester dans les casinos en ligne sans avoir à craindre de conséquences juridiques.
Les exploitants de sites de jeu renommés paient naturellement leurs impôts. Ceci, cependant, dans le pays où ils résident. Si l’Autriche, comme l’Italie, optait pour une licence officielle, le pays pourrait bénéficier de recettes fiscales élevées. Les casinos et les bookmakers en ligne réalisent un chiffre d’affaires de plusieurs milliards d’euros par an. On peut ainsi calculer approximativement combien d’argent il manque à l’État – des revenus que l’Autriche pourrait certainement utiliser.
Il reste à voir si la tolérance des jeux d’argent en ligne, qui continuera d’exister en 2018, deviendra à un moment donné une réglementation officielle. Parfois, l’Autriche est l’un des nombreux pays de l’UE qui n’agissent pas en conformité avec la loi. En définitive, la tolérance ne constitue pas une base juridique pour les opérateurs. Cela a récemment conduit Novomatic et Merkur à se retirer du marché en ligne. Ces deux entreprises sont parmi les plus réputées d’Europe. La pression était extrêmement forte, de sorte que les entreprises n’avaient pas d’autre choix que de littéralement lâcher les voiles. L’absence de réglementation garantit également que les casinos et les bookmakers douteux ont carte blanche – au détriment des millions de joueurs qui préfèrent l’offre en ligne au casino local.
Un nouvel espoir pour l’Allemagne
À l’origine, l’adoption du deuxième amendement au traité d’État sur les jeux de hasard en Allemagne était prévue pour juillet 2018. Mais cela a finalement échoué. Comme en 2012, le Schleswig-Holstein a décidé de ne pas signer le nouveau traité en 2017. Sans plus attendre, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie a décidé de refuser de signer également. Cela montre clairement qu’il n’y aura pas de nouvelle réglementation – du moins pas sous la forme prévue à l’origine. Plusieurs autres États ont également exprimé des doutes clairs.
Dans l’intervalle, un appel d’urgence a été déposé en Hesse. Il est demandé qu’il y ait de nouvelles négociations sur le traité d’État sur les jeux de hasard. Le « consensus minimal » n’était en fait pas ciblé, les annonces de la Hesse sont claires. Dans les lignes directrices, il est indiqué qu’il doit enfin y avoir une réglementation des jeux de poker ainsi que des casinos en ligne. Bien que des concessions de paris sportifs existent en Allemagne, elles sont manifestement trop limitées. La Hesse exige que la limite soit levée. Jusqu’à présent, elle n’a conduit que les bookmakers à intenter des procès dans toute l’Allemagne. En outre, la limite des paris, qui s’élève actuellement à 1 000 euros, doit être remplacée par une limite de perte. Ce nouveau règlement protégerait les joueurs bien mieux que les règles actuelles.
En Allemagne, une coopération plus étroite doit commencer dès 2018. La Hesse elle-même a fermement prévu de mettre en place un fichier de verrouillage. Il serait logique que tous les autres États y adhèrent. Cela permettrait de garantir la sécurité des joueurs malgré la légalisation des casinos en ligne. Il devrait effectivement y avoir une renégociation, mais cela ne se fera que dans quelques années. La demande d’urgence de la Hesse accélérera la procédure, de sorte que les opérateurs et les joueurs pourront éventuellement s’attendre à un changement positif dans le domaine des jeux de hasard cette année. L’Italie donne le bon exemple. Une forme de réglementation similaire serait également envisageable dans ce pays. Dans le même temps, la loi sur les salles de jeux doit être révisée une nouvelle fois. Les ambiguïtés et les problèmes y sont similaires à ceux du secteur des jeux en ligne.
CATEGORIES
Partager